Salut guys ! Non, je ne vais pas vous faire un story Instagram, mais aujourd’hui, je vais discuter d’un sujet que je connais, ma foi très bien, la croissance. Non, je ne parle pas de mes six pieds, cinq pouces, et trois quarts, mais bien de la croissance économique/financière que toutes les entreprises et tous les pays recherchent frénétiquement. Je sais qu’avec mes dreads et mes styles vestimentaires, je peux ressembler à Offset des Migos ; il s’appelle d’ailleurs Kiari aussi… Je croyais pendant longtemps que j’étais le seul… Pourtant !!! Je m’éloigne du sujet… Mes études en finance à l’université et mes expériences à la banque comme conseiller financier m’ont amené à comprendre une ou deux tites choses sur le sujet.

N’ayez aucune crainte… Je ne veux pas vous ennuyer avec une analyse des marchés boursiers ou une évaluation de portfolio, mais après avoir vu de mes propres yeux la pollution et le manque d’eau potable en Afrique du Sud, ajoutons à cela l’annonce à mon retour de la tragédie des feux de forêts qui font des ravages ENCORE en Australie, je veux au contraire vous donner une certaine perspective expliquant pourquoi les dirigeants de ces entités agissent ainsi, et comment on pourrait remédier à notre crise environnementale du 21e siècle. C’est juste des idées, les amis… Je sais que du monde travaille ben fort là-dessus, mais j’aimerais vraiment ça aider !

Faisons l’inverse. Pour comprendre la mentalité des gouvernements ou des corporations, ou, on va s’le dire comme que c’est, des riches, comprenons déjà la nôtre. Prenons n’importe quel aspect de notre confort quotidien, et posons-nous la question bien simple : serions-nous prêts à le laisser partir, à le sacrifier? Commençons en ordre décroissant. La fille qui est née dans une famille très riche, étant élevée dans le luxe d’un jet privé, a énormément de difficulté à changer ses habitudes et à prendre uniquement sa Ferrari pour se déplacer. Le garçon qui est né dans une famille riche, a beaucoup de réticence à laisser la Ferrari de ses parents pour se déplacer en BMW. L’enfant provenant d’une famille aisée pourrait être déçu de prendre sa Honda au lieu de la BMW de ses parents. Venant d’une famille de classe moyenne, une grande déception pourrait t’envahir si tu avais à prendre l’autobus au lieu de prendre la Honda de ta mère. Plusieurs provenant de familles plus démunies doivent marcher ou prendre le vélo au lieu de prendre l’autobus. Et que dire des individus grandissant dans une pauvreté telle qu’une simple paire de souliers est un luxe que certains dans leur entourage ne peuvent même pas se permettre… Vous voyez où je veux en venir…

Au point de vue économique, le désir de ces gouvernements et compagnies de toujours en vouloir plus n’est qu’une réalité mathématique du monde et de la culture dans lesquels ils évoluent. Pour ceux-ci, la survie de leurs organisations et la croissance de celles-ci sont des concepts quasi mutuellement exclusifs. Suis-je en train de leur donner une excuse ? Absolument pas, une immense diversité d’individus dans chaque milieu que je vous ai énuméré sont en mesure de faire ces sacrifices. Malheureusement, pour voir un

résultat à grande échelle, le vrai changement que nous devrions observer n’est pas au niveau des dirigeants, mais bien au niveau culturel.

La beauté ou bien l’horreur du système capitaliste/démocratique dans lequel nous vivons est que nous sommes en « contrôle » des décisions. Une grande expression en business dit « the market, is the market, is the market ». Ceci se traduit élégamment par « c’est toé qui décide l’gros ». Nous devons mettre l’emphase sur une culture de partage, d’acceptation et d’altruisme, entre autres. Une fois que nous nous éloignerons de quêtes individualistes, la culture de croissance qui nourrit les grandes entités à la tête de notre société s’effondrera et, du même coup, des notions telles que la conservation de l’environnement deviendront innées.

J’ai une bonne nouvelle! Les mêmes plateformes que l’on critique sans cesse pour leurs contenus, peuvent également être manœuvrées d’une manière à influencer des changements positifs. Je ne fais pas mieux que la plupart… Toutefois, je souhaite réellement corriger le plus possible mes comportements. Quelque chose d’aussi simple que de m’abonner à des pages faisant part de sujets importants qui méritent d’être partagés au lieu de m’abonner à des pages de « memes » me permettrait de partager du contenu ayant plus de substance concrète. Nous avons tous une influence sur notre entourage et si nous l’utilisons à bon escient, je crois sincèrement aux chances que nous avons de sauver les prochaines générations. Envoyez-moi dans la section « Contact » du site ou par messages directs sur Instagram des articles ou pages pertinentes que je pourrais possiblement partager sur mes réseaux et essayons tous de contribuer au meilleur de nos capacités à la restructuration de nos valeurs culturelles. Soyons l’extincteur dont l’Australie a réellement besoin.

Cliquez ici pour faire un don à la crise des incendies de forêts en Australie :

 https://www.australiawildlifefund.com/donations/australia-wildfire-fund/?gclid=CjwKCAiA4Y7yBRB8EiwADV1haYD07-jWCyJifUKP2HTqrhQx2ODu2p1gGcbV5n6rG0MVzW5TTydRJBoCbsYQAvD_BwE

Voir l’article précédent

Image source ©Insider